Slide 1Slide 2Slide 3Slide 4

La Chimiothérapie

Votre premier contact : la consultation

Votre premier contact sera une consultation  avec votre oncologue, médecin spécialiste. Il prendra connaissance de votre dossier, vous examinera et prendra connaissance de vos documents médicaux.
Nous vous recommandons d’apporter toutes vos prises de sang,  radiographies et scanners, la liste de vos médicaments et d’établir par écrit la liste datée de vos antécédents (maladies importantes, opérations subies.)

 

L’établissement du  programme personnalisé de soins

C’est une étape importante du traitement : l’oncologue médical va établir un programme personnalisé de soins, qui sera soumis puis validé lors d’une Réunion de Concertation pluridisciplinaire.
Les réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) sont des séances de travail et d’échange, au cours desquelles les médecins présentent les dossiers des patients.

Ensemble, ils discutent et proposent pour chaque patient une stratégie de traitement, répondant à des critères précis:

  • La présentation du dossier devant un nombre minimum de 3 médecins de spécialités différentes, jugés indispensables pour prendre la décision qui sera proposée au patient
  • L’élaboration d’une proposition de prise en charge répondant à des règles de bonnes pratiques, définies par le réseau Oncopaca

Une proposition de traitement écrite, remise au patient, le Plan Personnalisé de Soins (P.P.S)

 

La Chimiothérapie

La chimiothérapie concourt avec la chirurgie et la radiothérapie au traitement des cancers : chaque année près de 400 patients bénéficient de ce type de traitement au CAC

La Chimiothérapie consiste en l’utilisation de médicaments pour détruire les cellules malades présentes dans votre organisme.
C’est un traitement général, qui diffuse dans tout l’organisme.
Ces médicaments sont généralement administrés par perfusion intraveineuse, mais peuvent aussi dans certains cas l’être  par voie buccale, sous cutanée, intramusculaire…

 

Comment agit la chimiothérapie ?

La chimiothérapie agit sur la division et la multiplication de la cellule cancéreuse.
Ses effets sont dépendants du cycle cellulaire, ou d’une phase précise de ce cycle
Le principe des polychimiothérapies (plusieurs produits utilisés au cours d’une même séance): assurer une coopération médicamenteuse en agissant à plusieurs niveaux du cycle de division de la cellule cancéreuse.
La chimiothérapie est de plus en plus associée à d’autres traitements médicaux spécifiques : les thérapies ciblées.

 

Le dispositif veineux implanté :

Les médicaments de chimiothérapie sont souvent irritants pour les veines périphériques et il peut être nécessaire de vous poser un cathéter central pour perfuser les produits.
Aujourd’hui on utilise un cathéter central appelé DVI (Dispositif Veineux Implanté)

Avant le début de vos séances de chimiothérapie, vous bénéficierez de la pose par un chirurgien d’un dispositif veineux : il s’agit d’un cathéter, petit tuyau en silicone, placé dans une veine profonde (jugulaire ou sous clavière) ;

La chambre du DVI est placée sous la peau dans la partie haute de la poitrine, sous la clavicule. L’infirmière piquera à travers la peau pour pouvoir l’atteindre et injecter ou perfuser.

Il est possible de se baigner complètement avec le PAC.

Ce dispositif totalement sous cutané et invisible facilitera les administrations intraveineuses en évitant de piquer les veines du bras

Les différents types de  DVI

Le dispositif veineux implanté (DVI) se compose dune chambre métallique ou plastique reliée à un cathéter (en silicone, polyuréthane)
Le cathéter est implanté dans un vaisseau profond (jugulaire ou sous clavier)
La chambre est en situation sous cutanée, sous claviculaire, sur le gril costal, bien accessible

 

Les différents cathéters implantés

Le DVI peut être installé en situation sous clavière droite (1) ou gauche (2), mais aussi dans une veine du bras (3) (moins pratique pour les diffuseurs portables).
il peut également s’installer  dans une artère (hépatique, pour un traitement local (4), ou dans la cavité péritonéale (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous craignez les piqûres… : Le patch Emla

Vous pouvez bénéficier d’un timbre anesthésique à appliquer environ une heure avant la séance sur la peau en regard de la chambre. Prenez soin de bien nettoyer la peau avant et de la sécher  afin d’obtenir une adhésion parfaite.

 

 

 

 

 

Si le DVI ne fonctionne pas…

Il peut arriver que le DVI s’obstrue ou se coude : un cliché radiologique sera alors réalisé avec injection de produit de contraste pour essayer de déterminer la cause précise de ce dysfonctionnement.
Dans certains cas, le DVI doit être retiré et remplacé.

 

Puis-je me baigner ou faire du sport avec mon DVI ?

Oui, le DVI est sous la peau totalement imperméable : vous pouvez même faire de la plongée sous marine.
La chambre est fixée sur les muscles du thorax : vous pouvez jouer au tennis, au golf…

 

Le protocole de chimiothérapie

Le protocole de chimiothérapie  est un document unique établi avant chaque séance (ou groupe de séances) par l’oncologue à l’aide d’un programme informatique dédié.

Il décrit :

  • Les médicaments à administrer
  • Leur dosage (calculés en fonction de votre poids, de votre taille et adaptés selon votre âge)
  • Le jour (et le cas échéant l’heure) de leur administration
  • L’ordre dans lequel ils seront délivrés
  • La durée d’administration (de quelques minutes à plusieurs heures selon le produit)
  • Les situations cliniques associées permettant ou interdisant son utilisation, d’éventuelles indications (ou contre-indications) exceptionnelles.

 

Ce qui peut vous être prescrit en même temps que votre chimiothérapie :

Dans le même temps vous seront prescrits des adjuvants de la chimiothérapie : antiémétiques pour éviter d’éventuels nausées ou vomissements, facteurs de croissance (pour prévenir ou traiter une chute de globules blancs ou de globules rouges.

Il vous sera remis une prescription  pour une prise de sang à effectuer au plus tôt dans les deux jours qui précéderont votre séance.

 

Le report d’une séance de chimiothérapie

Le report ou l’annulation d’une séance peut intervenir, par exemple en cas de :

  • Prise de sang montrant un nombre insuffisant de polynucléaires ou de plaquettes .
  • Anomalie de la créatinine sanguine, (fonction rénale perturbée)
  • Anomalie des enzymes hépatiques.

Pour de nombreux protocoles, en général, on commence par espacer le cycle de chimiothérapie (retarder la prescription d’une semaine pour permettre une récupération hématologique plus complète.
Parfois, il existe des règles d’adaptation différentes impliquant une diminution de la dose.

 

Les diffuseurs portables  (pompes)

Il s’agit d’un petit  matériel à usage unique  qui permet de perfuser goutte à goutte un produit  pendant plusieurs heures voire plusieurs jours en ambulatoire : pas de potence, de pied à serum sur roulettes, mais une espèce de grosse seringue dans une poche, que l’on emporte à domicile.
Les diffuseurs fonctionnent sans source d’énergie. Ils sont légers. La pompe se porte dans une petite sacoche autour de la taille ce qui vous permettra de vous déplacer librement.
Une fois le traitement terminé la pompe sera débranchée par une infirmière à domicile.

Les différents types de diffuseurs à usage unique :